French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Norvège : Que de meules, que de meules !

Au nord de Bergen, à l’extrême ouest de la Norvège, Hyllestad est située là où naissent les fjords et plus précisément sur le Sognefjord, le «roi des fjords», le plus grand du pays qui s’enfonce sur 204 kilomètres dans les terres .
Hyllestad capitale norvégienne des meulières ? Sûrement !
Cette ville a su tirer parti de son passé et des traces paysagères de son activité industrielle meulière pour se donner une forte identité historique et culturelle.
Des chercheurs archéologues situent à ce jour les époques d’exploitations entre le VIIIème et le XIIIème siècles jusqu’au XIXème voire le début du XXème pour certains sites de la région.
Qu’il se trouve sur le littoral, au pied des falaises qui tombent à pic dans le fjord, dans les prairies, à fl anc de colline ou près des torrents, le promeneur de passage dans la région ne peut qu’être surpris par la présence de nombreuses traces de meules entières cachées sous la tourbe ou encore accrochées à la roche. Il peut également remarquer des quantités de morceaux de meules abandonnées ou les vestiges d’excavations.
Une zone particulière d’exploitation à quelques pas de la mairie, aujourd’hui propriété publique, est protégée au titre des monuments historiques : le «Kvernsteinsparken».

norv1

Cet écomusée fait l’objet d’animations et de visites en accès libre ou guidées. Les élèves du collège de Hyllestad reçoivent un enseignement et une formation spécifi ques qui leur permettent de s’investir dans l’animation du parc meulier.
Outre l’histoire de cette vieille industrie, ils apprennent à tailler les meules et à forger les outils nécessaires. Ils accueillent le public et guident les visiteurs en différentes langues.
Ils font de la farine grâce à d’authentiques moulins manuels. Ils participent à des séquences de vie comme on peut les imaginer, il y a des milliers d’années : préparation de potée et de galettes cuisinées au feu de bois, démonstration de taille et transport de meules, confections d’outils, etc. On peut parier sur la motivation naturellement « durable» de ces adolescents pour sauvegarder leur patrimoine et la mémoire des savoirfaire pour les générations futures.

Skor est un site de cinq usines remarquables, situé à quelques kilomètres de Hyllestad à ne pas manquer. Skor, un petit village paisible, un très joli pont, «postveg» et quatre petits moulins : quatre paires de meules pour produire de la farine sont mises en mouvement par quatre rouets en bois. le cinquième bâtiment abrite une scierie qui fonctionne grâce à une roue à aubes. Chaque bâtiment de petite taille est en bois et leur toiture est recouverte de végétation. L’eau est canalisée dans des
goulottes en bois depuis une belle cascade. L’ensemble est parfaitement entretenu et vaut le détour.

Des carrières de meules de moulins sur un fjord Hyllestad (Norvège région Sogn og Fjordane)

D’après une traduction de Madame June Whrathall tirée de l’ouvrage «Kvernsteinsbrota i Hyllestad» édité par Hyllestad Kommune, Kulturkontoret, 69 57 Hyllestad, texte de Irene Baug.
A Hyllestad, on peut visiter un des plus importants monuments historiques de Norvège quant à sa superfi cie. Des centaines de carrières de meules occupent plus de 27 km² de terrain.
Pendant l’ère Viking et au Moyen-Age, Hyllestad était un centre carrier et c’était un site important aussi bien localement qu’internationalement. Les produits de cette région étaient exportés vers des pays lointains. Aujourd’hui les carrières sont plus ou moins dissimulées sous les terres cultivées ou sous les pâturages depuis la côte jusqu’aux montagnes. Il est possible de marcher sur des meules qui ne sont pas détachées de la roche. Néanmoins, il y a peu d’information écrite sur ce qui fut autrefois ce site de grande production. Les carrières produisaient des récipients de pierre, des conduits de cheminées pour les fours de pierre, des pierres tombales et des croix de pierre.

Le moulin

Durant la plus grande partie de la période préhistorique et du Moyen-Age on utilisait les céréales pour confectionner le pain et le porridge qui constituaient la plus grande partie de l’alimentation. La seule façon de les utiliser consistait à les écraser dans un premier temps. Elles sont restées la base de la nourriture jusqu’à l’époque moderne. On introduisait les grains entre les meules par le trou central et on récupérait la farine sur les bords.
Divers moulins furent utilisés tout au long de l’histoire et Hyllestad a produit des meules pour les moulins manuels et pour les grands moulins hydrauliques. Les meules des moulins manuels avaient un diamètre de 35 à 60 centimètres mais celui des meules de moulins à eau était de 60 à 120 centimètres. D’après les sources écrites les premiers moulins à eau en Norvège fi rent leur apparition au début du XIIIème siècle. A Hyllestad la production des deux types de meules s’étendit jusqu’à une époque récente.

Nature de la roche

La source naturelle des carrières de meules de moulin dans ce secteur était le kianite - grenat - muscovit - micaschist, considéré comme micaschiste avec des inclusions de grenats.
Pour les meules, il fallait une roche ni trop dure, ni trop tendre et la combinaison du tendre micaschiste et de la dureté des grenats donne une qualité de roche parfaite pour moudre les céréales. Le grenat s’use plus lentement que le micaschiste.
Ainsi la surface de la meule reste rugueuse. La durée de la meule est plus longue.

D’autres carrières de meules

Le mélange de grenat et micaschiste peut aussi être trouvé dans d’autres carrières en Norvège, mais avec des variations locales. Les carrières d’extraction de meules de moulins d’Hyllestad sont les seules en Norvège qui présentent tous les minéraux : grenat, moscovite, staurolite et kyanite. Ce qui permet d’identifi er les meules d’Hyllestad trouvées dans beaucoup de lieux différents en Norvège et en Europe.

La technologie

Deux techniques différentes ont été employées à Hyllestad pour extraire les meules. La plus vieille méthode consiste à façonner directement la forme de la meule dans la paroi rocheuse puis à la décrocher. A Hyllestad, cette méthode a été utilisée
aussi bien pour les meules de moulins manuels que pour les meules de moulins à eau. La seconde méthode d’extraction a suivi l’utilisation des explosifs dans les carrières, probablement au début du XVIIIème siècle. Les meules étaient taillées dans  des blocs de pierre détachés de la paroi rocheuse.

Datation de la production

Les études archéologiques ont révélé que l’exploitation minière a existé au début de l’âge de fer. En fait à Hillestad, les meules étaient extraites déjà à l’ère Viking. La période du XIème au XIVème siècle a connu la plus haute activité dans les plus anciennes carrières même si la production a continué jusqu’au XVIème et XVIIème siècle. Plus récemment nous savons que l’explosif a été utilisé dans la production et que cette méthode a été employée jusqu’aux environs de 1930. Nous pouvons donc déduire qu’à Hyllestad, les meules ont été taillées pendant plus de 1000 ans.
En datant les meules, il est devenu clair que beaucoup de carrières étaient en production pendant l’ère Viking et le Moyen-Age.
Il y a plus de mille ans, si on avait visité le secteur, on aurait entendu dans les montagnes le martelage et le claquement sur les roches depuis la plupart des fermes des rives Nord et Est du Fjord. Il s’agissait du bruit des tailleurs de pierre travaillant
loin dans les nombreuses carrières. On manque d’information sur le nombre de personnes qui travaillaient mais on peut supposer qu’une grande partie de la population locale était engagée dans la production et l’exportation.

La fi n de la production

La production a décliné à Hyllestad les dernières années. Pourquoi ?
La concurrence des carrières de meules de Selbu, et de Sor Trondelag pourrait en être la cause. Dès le début du XXème siècle le marché national des meules d’Hyllestad a été anéanti.

Exportation

Durant la période Viking et le Moyen-Age, les carrières ont exporté leur production vers de nombreux pays : en Suisse, au Danemark, en Allemagne, en Islande, dans les Iles Féroé et en Pologne. En Suisse et au Danemark le nombre des meules
d’Hyllestad est si important que l’on en déduit l’existence d’un marché historique au temps des Vikings et au début du Moyen-Age. Les meules les plus anciennes trouvées en Suisse et au Danemark sont du Xème siècle, la première date connue pour
l’exportation des produits de Hyllestad. Néanmoins les études archéologiques prouvent que la production a commencé bien avant cette époque.

norv2
Meules récupérées d’un naufrage - Photo D.Celerier

 

Secteurs d’expéditions et zones de transport

Les meules étaient transportées par mer et les voies de navigation étaient essentiellement le long des côtes des fjords. Plus récemment on a utilisé les luges pour traîner les meules jusqu’à la mer. Ce mode de transport fut employé jusqu’à la fi n du XIXème siècle. Hyllestad possédait plusieurs postes de mouillage. Deux d’entre eux étaient en eaux si profondes (Aurgota et Otringsneset) que les bateaux pouvaient s’amarrer le long du fjord pour charger les meules.

Les Naufrages

On a trouvé quatre épaves de bateaux chargés de meules d’Hyllestad. Ces épaves ont été trouvées à Alverstraunem (lindas), Bukken (Sudn) Leiaskiaeret (kvitsoy) et au large de l’île de Haoya (Grimstad).en Norvège. A ce jour, le plus grand naufrage avec un chargement de meules a été repéré à Alverstraumen au nord de Bergen. Le chargement comptait 505 meules de Hyllestad. Elles sont maintenant en exposition dans le parc à meules, Kvernsteinparken.

Commerce

L’importante exportation des meules d’Afjord semble correspondre à un commerce international ou d’échanges de marchandise dès la période Viking. C’est aussi l’époque du développement des navires marchands. C’étaient des bateaux à voile manoeuvrables par un petit équipage composé d’environ cinq personnes.

La monnaie trouvée à Hyllestad

L’échange de marchandises était probablement la forme de commerce la plus courante aux temps des Vikings et du Moyen-Age en Scandinavie, mais il est possible que les pièces de monnaie et les métaux précieux fussent également utilisés comme mode de règlement. Pour cette raison on pense que les pièces découvertes en 1865 à Hyllestad ont un lien avec l’exportation des meules. Les pièces de monnaie qu’elles soient anglaises, danoises, allemandes ou Kufi ques, toutes datent d’avant l’époque Viking. Cette découverte peut indiquer que les pièces ont été utilisées pour payer les meules de moulins dès l’ère Viking.

Les propriétaires de carrières

Pendant l’époque du fer, il est à peu près sûr que les chefs de tribu possédaient leur propre lieu de production, pendant qu’au Moyen-Age les différentes institutions religieuses comme les prêtres locaux avaient le contrôle de la production.
Mais qui occupait la fonction de tailleur de pierre ?
Durant plusieurs centaines d’années les ouvriers et les employés des fermes ont probablement travaillé comme des esclaves dans ces carrières taillant des meules pour des milliers de moulins de Norvège et de l’étranger.

Kvernsteinsparken (le Parc à Meules)

Une zone de 15 500 m² a été réservée pour commémorer l’importante production de meules dans la région. Le parc a été offi ciellement inauguré le 11 juin 2002 par la Reine Sonja.

Dominique Charpentier - Article paru dans le Monde des Moulins - N°26 - octobre 2008