French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Ecosse : Moulin à traquet ou moulin de type clic

Histoire du moulin

Ce moulin se trouve dans la petite ville de Bach, sur l’île Lewis et appartenait conjointement à 5 personnes. Cet édifice est une reconstruction en pierre d’origine et l’axe une copie moderne de l’original. C’est un type de moulin à roue horizontale, nommé ainsi à cause du rouet qui était placé horizontalement. Ces moulins étaient aussi connus sous le nom de “moulin de type clic”, sans doute par référence au son produit pendant leur mouvement. Dans d’autres coins d’Ecosse, ce moulin de type clic était appelé “moulin nordique” par suite de ses origines scandinaves supposées. Des moulins similaires ont été trouvés dans des pays d’influence nordique tels que Norvège, Danemark, Ile de Man, Irlande. Cette similarité a conduit certains experts à croire qu’ils étaient apportés d’Ecosse par les Vikings même si cette théorie est maintenant remise en question.


La quantité habituelle de grain dont avait besoin une famille était broyée dans un moulin à bras. Si une plus grande quantité était nécessaire, alors on utilisait le moulin de type clic. Ces moulins étaient certainement plus nombreux dans les temps les plus reculés
et dans les communautés les plus pauvres parce qu’il n’y avait pas de moulins plus élaborés. Toutefois, si un tel moulin avait existé, le manque d’argent aurait empêché de pouvoir payer un meunier professionnel. Ces moulins de type clic ont été encore utilisés jusqu’au siècle dernier et étaient naturellement la propriété de plusieurs personnes. Ils étaient relativement simples, rapides à construire et avaient besoin de petites quantités de bois et de fer.
Leurs murs étaient soit en pierre soit en bois et pourvus d’un toit en tourbe.

eco1
Moulin claquant du musée Kurgussie - Photo Y.Roques


Marche du moulin

Le moulin fonctionnait avec un rouet placé horizontalement au dessus de l’eau. Ce dernier était parfois un simple morceau de bois arrondi, aux lames espacées arrangées en diagonale. L’axe tournait grâce à l’arrivée d’eau sur les lames et entraînait à son tour la meule supérieure sans aucun engrenage intermédiaire. Les moulins de ce type étaient souvent construits directement sur les cours d’eau même, de préférence à une alimentation par voie latérale.
L’arbre vertical, simple dispositif pour soulever et abaisser la meule supérieure du moulin, permettait d’obtenir une farine plus ou moins granuleuse, plus ou moins fine. Le grain était contenu dans une sorte de distributeur pyramidal et passait à travers un plateau appelé “chaussure” jusqu’au trou rond de la meule supérieure.
Le grain tombait du plateau par une petite secousse due au mouvement d’une petite pierre placée sur la meule supérieure et attachée au plateau, d’où le nom de traquet.
Avoine et seigle étaient les récoltes céréalières les plus importantes et constituaient la base du régime alimentaire des habitants de la région des Highlands. En fait, mis à part une petite quantité d’orge, il semble que c’était les seules céréales cultivées. De nos jours, c’est encore le cas mais les variétés ont été adaptées pour être utilisées sur des surfaces plus importantes et ont été sélectionnées pour devenir plus résistantes aux parasites et changements climatiques.

Y.Roques - Article paru dans le Monde des Moulins - N°18 - octobre 2006